top of page

#LIM2021, Jour 7 ❌ ‘Sans faire de Vagues’ cisaille les tympans




Chaque jour, une oeuvre et une entreprise, pas forcément Cocarde, qui m’ont tapé dans l’oeil


Lui, l’artiste,


Gaetan Gromer est un compositeur qui crée des installations sonores. Il capte le bruit des choses, fracasse ses œuvres notamment vidéo de sonorités syncopées à en provoquer la syncope dès qu’on en comprend le sens, tantôt bruit de bottes ou du tintement de la mort, à s’attendre de voir débarquer Charon pour vous faire traverser le Styx.


Elles, l’entreprise ou plutôt les entreprises,


DQE Software fait un peu dans le Hard. L’entreprise dont le métier est de rassembler, compiler et nettoyer des bases de données d’entreprise, compile semble t-il pour l’artiste des statistiques morbides.

Et aussi Les Ensembles 2.2, présent dans moult collaboration de l’artiste et suffisamment indissociables pour être cités , pour donner vie au propos de la mort et la rendre plus glaçante.


Eux, L’Œuvre :


Sans faire de Vague. Et pour cause, pour faire des vagues il faut bouger les bras. Ironie du sort, c’est le mouvement des membres qui attire les requins.

Une oeuvre à la beauté étrange, froide, glaciale comme une immersion au fond d’un océan. 3 requins à taille réelle, privés de leurs ailerons dorsaux et latéraux sont échoués là, comme posé au fond de l’eau.


L’œuvre n’est pas scénarisée. Pas de piédestal pour théâtraliser la cruauté, encore moins pour glorifier le message, glaçant, froid, de ces requins amputés de leurs mouvements pour leur chair et qu’on blesse dans la leur pour une tradition culturelle culinaire qui bat sérieusement de l’aile.

Matérialisé par un son pour chaque proie rejetée vivante à la mer et promise à une longue agonie, les bêtes heureusement pas trop figuratives vacillent avec le vent et le passage des passants médusés.

PLACE DU MARCHE AUX POISSONS

Qui s’appelait Forum Lignorum au Moyen Age et Place du Blaireau début XIXe. Alors vous pourrez pas dire que vous saviez pas sinon à passer pour des…


Pour en savoir Plus Mieux :

Une tradition asiatique moyenâgeuse de qualité d’accueil (Japon/Chine) qui coute cher : 450€ le kilo. Et surtout aux écosystèmes des océans (90% des ressources épuisées) ; lire aussi cet article de Futura Sciences :

Pour nettoyer vos Data, c’est là : https://www.dqe-software.com

3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page