top of page

JDP2022@Gare de Strasbourg. Sous verre, mais pas sous cloche

Impériale, sans Aigles ni pigeons!


Les Journées du patrimoine sont l'occasion de vous faire découvrir les salons historiques de la Gare de Strasbourg, actuellement Salon Grand Voyageur et autrefois Salon de l'Empereur Guillaume II et de l'impératrice Augusta-Victoria.

L'édifice qui les abrite date du dernier quart du XIXe et n'a accueilli ce petit-fils du Prince Albert et de la Reine Victoria que 3 fois, dans des conditions de confort inédites pour l'époque.

Il est pourvu d'un escalier privé qui permettait à l'empereur et sa suite d'avoir un accès privé de son train jusqu'à la place de la gare situé un étage plus bas, à l'abri des regards et qui l'est toujours aujourd'hui.

L'alchimiste a fait sonner l'alarme pour vous.



Hier salons d'Impériaux, aujourd'hui salon d'Impérieux, mais toujours en transit, l'ensemble a perdu lors de la première guerre ses symboles par trop germaniques, dont la couronne raffolait abuser, l'empereur étant connu pour son goût prononcé des uniformes dont il changeait aussi souvent que d'avis, et une conception toute martiale de la société.

Elle fit hélas oublier qu'il obtient d'imposer la journée de travail de 8h dans les mines, moins sans doute pour préserver les hommes que pour anticiper qu'il faudrait bientôt en extraire tout les métaux disponibles.


Le burin engloutit L'Aigle à deux têtes, sans qu'on ait eu besoin de les lui trancher, cette sale habitude si française que pourtant l'on épargna à nos empereurs.

Il en va de même pour la plantureuse Germania, dont la dernière représentation vivante est Ulrika von Glott, cantatrice tétonnée incarnée par Mariane James -que j'ai eu le plaisir de connaitre- dans ce récital wagnérien ultime qui l'a rendu célèbre, au nom tout trouvé d'Ultima Recital.


L'ensemble décoré fin XIXe quand Strasbourg était à deux jours de Berlin a été restaurée début XXIe pour accueillir le tain qui mettrait Strasbourg a deux heures de Paris.

Je vous propose aujourd'hui une galerie photo, dont on admirera les détails de stuck et de ferronnerie. Les vitraux portant les armes de Strasbourg sont des frères Ott, bien connus dans la région, et à qui l'on doit également ceux qui ornaient la salle de brassage de la brasserie Schutzenberger (voir ici), autre manifestation d'élégance du siècle des techniques et de la pompe.


Entrée réservée aux Grands voyageurs de la Première. Petit déjeuner, Internet, café, calme et sourires feutrés. Ici comme ailleurs, on vient se plaindre d'un train qui a du retard, train qui vient souvent d'Allemagne comme si elle continuait de ressasser avoir perdu tel trésor.

Un projet d'un restaurant tout aussi classé sur le feu, c'est pas comme si en levant les yeux au plafond, ça manquait d'étoiles...


Salon Grand Voyageur

de 7H à 19H

Quai 1 de la Gare de Strasbourg

Place de la Gare - Strasbourg


139 vues0 commentaire

Posts similaires

Voir tout

Comments


bottom of page